Protection de l'environnement

Surveillez-vous la consommation d'eau lors de la production ?

Nous savons à quel point l'eau est précieuse et par conséquent, nous nous engageons à ménager particulièrement cette ressource. Nous réalisons actuellement les plus grandes économies d'eau par l'utilisation du Cotton made in Africa, car sa culture est uniquement alimentée par les eaux pluviales. Ce qui permet d'économiser environ 2000 litres d'eau par kilo de coton. En outre, nous souhaitons dans un avenir proche réaliser trois autres projets innovateurs de gestion de l'eau.

L'un de ces trois projets a justement vu le jour : ensemble avec nos partenaires, nous avons créé une entreprise au Vietnam - CleanDye. Un procédé de coloration révolutionnaire y sera pratiqué à l'avenir : nos produits seront teints à l'aide de CO₂ au lieu d'utiliser de l'eau. Ce qui nous permettra d'économiser environ 25 litres d'eau par T-shirt, et le CO₂ utilisé sera de plus recyclé à 95%. Nous pouvons de même renoncer à l'usage de produits chimiques. Ce qui est trois fois mieux pour l'environnement.

Cette technologie révolutionnaire nous permet également de nous engager pour la première fois directement dans la chaîne logistique. En tant qu'associé de cette usine nouvellement construite, nous pouvons agir directement en conformité avec nos exigences et nos normes en poursuivant le développement à notre rythme.

Pouvez-vous contribuer à limiter les impacts du changement climatique ?

Non seulement nous le pouvons, mais nous le devons. Le changement climatique fait partie des plus grands défis de notre époque. Ses causes sont variées. L’ensemble du globe est concerné par ce phénomène.

Ainsi la fabrication et le transport de nos marchandises, l’exploitation de nos sites et bâtiments, ou encore l’utilisation des ressources naturelles exigent la mise en place de mesures actives pour lutter contre le changement climatique. Nous avons réduit nos émissions de CO₂ de 43% pour les sites et le transport de 2006 à 2016 - il s'agit là d'un succès partiel.

Comment conciliez-vous rapidité et écologie lors de l'envoi de vos produits ?

Nous expédions environ 30,5 millions de colis par an dans toute l'Europe - une raison suffisante pour nous de considérer nos processus ainsi que nos matières d'emballage et d'adopter des solutions plus durables dans ce domaine. Cet objectif est fixé dans notre agenda. Nos colis sont déjà fabriqués à partir de cartons certifiés FSC® et nous étudions actuellement l'utilisation de sachets d'expédition recyclables.

Toutefois nous ne transportons pas nous-mêmes les colis de l'entrepôt vers nos clients mais travaillons en étroite collaboration avec des partenaires. À titre d'exemple, notre principal partenaire en Allemagne est Hermes, une entreprise du groupe Otto. Hermes poursuit l'initiative de développement durable «WE DO». L'entreprise a ainsi fait baisser les émissions de CO₂ sur les sites ou pendant le transport d'environ 30% depuis 2006 en utilisant des véhicules plus efficaces, la technologie GPS pour optimiser les trajets, des cellules photovoltaïques pour la production d'énergie etc. La coopération avec Mercedes Benz Vans visant à l'utilisation de 1500 véhicules électriques d'ici 2020 pour la livraison des colis est une nouvelle étape clé dans les efforts consentis pour promouvoir le développement durable de Hermes.

Mais comment les marchandises arrivent-elles jusqu'à l'entrepôt ?

Une logistique vraiment respectueuse de l'environnement doit commencer bien en amont : lors du transport de nos marchandises des pays producteurs vers nos entrepôts. Celui-ci génère des émissions de CO₂, principales responsables du changement climatique. Elles sont plus ou moins élevées suivant le mode de transport utilisé : avion, camion, train ou bateau. Nous visons la réduction continue de ces émissions. Avec le transfert du transport - notamment des airs vers les voies navigables et le rail - nous avons pu économiser la majeure partie de nos émissions de CO₂ au cours des dernières années. Actuellement, seuls 16% de nos transports de marchandises se font encore par voie aérienne.

Réduction des émissions de CO₂ par le changement du mode de transport

Comment vos fournisseurs peuvent-ils réduire les émissions de CO₂ ?

Par exemple grâce au CPI2 (Carbon Performance Improvement Initiative.). CPI2 est une initiative sectorielle d'entreprises ayant pour objectif l'économie d'énergie et la protection du climat chez nos fournisseurs. L'initiative a été créée en 2012 par le groupe Otto et met à disposition, à l'aide d'un programme en ligne, un savoir-faire ayant, pour but de soutenir les usines dans l'amélioration de l'utilisation de l'énergie, de l'eau et des produits chimiques et leur fournit des recommandations ciblées et une aide concrète. Plus de 1000 usines des membres de l'initiative utilisent CPI2 dans 35 pays aujourd'hui et bénéficient du transfert de connaissances pratiques. Pour la seule année 2016, 63 usines de textile produisant pour bonprix ont suivi les recommandations. L'outil en ligne est en développement constant.

Comment pouvez-vous garantir une utilisation responsable des produits chimiques ?

Les produits chimiques sont nécessaires dans certaines étapes de production pour la fabrication de textiles, comme par exemple la teinture, le lavage ou l'impression. Cependant, il nous importe que l'utilisation de ces produits chimiques n'ait aucun impact négatif sur la santé et l'environnement.

C'est pourquoi nous travaillons depuis des années en étroite collaboration avec nos fournisseurs à l'établissement d'une gestion des produits chimiques reposant sur des solutions de remplacement réduisant continuellement ces impacts. Pour y parvenir, nous misons avant tout sur l'aide et l'entraide : celle-ci englobe les «Self Assessments» (auto-évaluations, par exemple par le biais du module des produits chimiques du CPI2) ainsi qu'une formation complète en matière de manipulation correcte et sûre des produits chimiques, d'élimination responsable de toutes les substances utilisées, mais aussi plus fondamentalement, d'utilisation réduite de produits chimiques. Nous contrôlons évidemment la conformité du produit final avec les exigences.

Par le biais du groupe Otto, nous sommes membres de l'alliance textile et nous travaillons par conséquent en coopération avec les autres partenaires de l'alliance en vue de bannir les substances chimiques nocives de la chaîne logistique textile ou les réduire à des valeurs limites techniquement réalisables. Celles-ci sont reprises dans la liste dite Manufacturing Restricted Substances List (MRSL).

Du fait de la complexité de notre chaîne logistique, c'est un défi que nous ne saurons relever du jour au lendemain.